L’agriculture pacifique

Le concept révolutionnaire

« Du champ au client »


Le concept révolutionnaire « Du champ au client » implique le respect de la vie sous toutes ses formes et comprend la culture des sols, la production ainsi que la vente directe d’aliments sains et naturels.
"Ce que tu ne veux pas que l’on te fasse, ne le fais pas aux autres" est la règle d'or du Sermon sur la Montagne de Jésus de Nazareth qui appelle un comportement pacifique envers la Vie sous toutes ses formes, y compris dans l'agriculture. Car en réalité, tout est vivant et la force de Dieu est en tout. Non seulement en nous, les êtres humains, mais également dans les animaux, les minéraux et les végétaux.


L’ agriculture pacifique

Dans la nature, tout agit de concert et s’accorde subtilement : le sol et ses minuscules habitants, les minéraux, les végétaux, les animaux ainsi que les éléments : la pluie, le vent, le soleil. Cette interaction assure la croissance saine de plantes et de fruits plein de vitalité et savoureux. L'agriculteur fait lui aussi partie de ce grand réseau de communication du vivant. Dans l'agriculture pacifique, il s'efforce non seulement de percevoir ce dont les cultures ont besoin, mais également ce dont ont besoin les habitants des champs et du sol, ainsi que les animaux qui vivent en liberté, afin de les soutenir et d'être ainsi au service de la Vie.

 

Qu'est-ce que cela signifie concrètement dans la pratique même de l’agriculture ?

Et bien, cela veut dire, entre autres, apprendre à communiquer avec la nature. Tout comme l’agriculteur parle avec ses collègues des différents travaux à effectuer, il informe également le sol et les plantes, par exemple, des semis ou du travail de la terre qui est planifié dans les jours qui suivent.

 

Dans l'agriculture pacifique, la nature n’est pas surexploitée. Les sols bénéficient de périodes de repos bien mérité. Selon le principe de l'assolement triennal avec la jachère, les champs peuvent se régénérer une année complète après 2 années de culture.

 

Les microorganismes du sol sont soutenus par des substances naturelles comme, par exemple, un ferment de céréales fait maison à partir de restes de pain – appelé Brottrunk - ou bien des feuilles mortes, du compost ou encore de la poudre de minéraux. La vie du sol n’est pas maltraitée, voire détruite par du fumier, du purin ou du lisier et encore moins par des engrais chimiques ou pesticides. Afin de respecter et de protéger la vie du sol, l’agriculteur se contente de le travailler en douceur, c’est-à-dire d’en aérer la surface.

 

Le sol régule lui-même la croissance des soi-disant mauvaises herbes, et non l'agriculteur en les aspergeant d’herbicides. Car les plantes affublées de ce nom, telles que le pavot ou la camomille par exemple, poussent là où elles sont utiles pour la culture ou pour le sol. En réalité, il n’existe pas de "mauvaises herbes".

 

La culture fruitière pacifique témoigne de la manière dont les végétaux s’entraident. En effet, pour soutenir une croissance saine des pommiers, on plante par exemple, dans les allées d’arbres, du souci, de la lavande ou de la marjolaine qui peuvent également protéger l'arbre des parasites ou des moisissures.

 

De la musique dans les vergers ? La transformation climatique et nombre de facteurs environnementaux sont source de stress pour les plantes, les arbres et les animaux. De la même manière que l’homme réagit positivement à la musique apaisante, les pommiers en apprécient, eux aussi, les effets bienfaisants. C’est pourquoi de la musique classique et harmonieuse est diffusée dans les vergers.

 

Une autre particularité de la culture fruitière pacifique est celle qui consiste à ne pas arracher les pommiers qui ont pris de l’âge et dont le rendement faiblit. En signe de reconnaissance pour les nombreuses années durant lesquelles ils ont portés tant de bons fruits, ils resteront en place jusqu'à ce que la vie se retire ou bien, si cela est nécessaire, ils seront replantés avec res pect et attention dans un "verger de retraite" dans lequel ils continueront à être entretenus.

 

Les animaux sont des créatures de Dieu et ont le même droit à la vie que nous, les êtres humains, sans être utilisés voire exploités par l’homme. Par conséquent, l’agriculture pacifique ne pratique pas l'élevage.

 

En outre, au moment de la récolte, afin de ne pas supprimer radicalement l’espace de vie des animaux vivant dans la nature, une partie de la récolte est laissée volontairement dans les champs, qui leur servent aussi bien d’abri que de garde-manger.

 

Dans les vergers également, lorsque l’herbe est coupée entre les rangs de pommiers, des bandes d’herbes et de fleurs sont laissées de chaque côté pour les nombreux petits animaux, tels les lièvres, qui y trouvent refuge et nourriture.

 

De nombreux nichoirs ont été installés à proximité des champs et des vergers. Des kilomètres de haies ont été plantés et des biotopes rocheux aménagés. Des prairies et bandes fleuries fournissent la nourriture nécessaire aux innombrables petits travailleurs de la nature : abeilles, bourdons et autres insectes, dont l’action est inestimable.

 

Le tout compose un formidable espace de vie pour les animaux et par là même un soutien au développement de la biodiversité.

 

Le concept
« Du champ au client »
basé sur la règle d'or de
Jésus de Nazareth, est également
un concept responsable envers
les générations futures :

 

  • Le sol reste fertile.

  • Les nappes phréatiques restent propres, car il n'y a pas de nitrate dû au lisier ou aux engrais chimiques.

  • Le climat est protégé car il n’y a pas d'émanations de méthane nocives comme c'est le cas dans l’élevage. Il n'y a également aucune déforestation résultant du besoin en fourrage ou pâturage pour les animaux d’élevage.

  • De même: les animaux, les insectes et les micro-organismes ont un espace de vie non toxique, au sein duquel la biodiversité naturelle peut se régénérer.

  • Le concept « Du champ au client » signifie également que nous n’avons pas recours à la manipulation génétique.


Les fruits de la nature sont travaillés avec soin

Les légumes, les fruits et les céréales sont des cadeaux provenant du grand jardin de Dieu. En tant que tels, ils sont accompagnés du champ au client avec attention et respect. Ils sont récoltés, stockés et transformés avec soins.


Le grain, par exemple, est moulu en douceur sur la meule de pierre, une mouture permettant de conserver intact son précieux germe qui, dans la farine, développe ses qualités enzymatiques lors du processus de maturation en silos, ce qui donne à la farine une qualité exceptionnelle permettant une panification naturelle.


Les boulangers travaillent selon le principe :
« Dans nos fours – rien que la nature ! »
La farine contenant le germe intact et vivant de la céréale est la base du levain naturel et permet une panification sans additifs. Le levain naturel, fait maison, se développe durant 24 heures en 3 étapes, c'est-à-dire à trois températures différentes. Les enzymes du germe libèrent les précieux composants du grain garantissant un pain très digeste. Il résulte de cela des saveurs et des arômes que seule la nature est capable d’offrir.


Les céréales, fruits, légumes et herbes fraîches sont préparés en savoureux produits finis, tels les pestos, assaisonnements et bouillons de légumes, tartinades onctueuses, jus de fruits ou de légumes, ainsi que de nombreuses autres spécialités.
Lors de récoltes particulièrement abondantes, le réseau complet « Du champ au client » permet la productionmaison efficace et rapide de délicieux produits de saison.
Ne rien laisser perdre est également un signe de respect et de gratitude envers l'abondance de fruits reçue des mains de Dieu.


Par amour pour les animaux, tous les aliments issus du concept « Du champ au client » ne contiennent aucun ingrédient d’origine animale et sont donc végétaliens. Ils ne contiennent ni conservateurs ni arômes artificiels, ni exhausteurs de goût. Ces produits savoureux facilitent, aux personnes qui y sont ouvertes, la transition progressive vers un régime alimentaire sain et végétarien. Ils sont le fruit d’un véritable travail artisanal qui se traduit par des goûts exquis.

 

Un véritable travail artisanal qui s’exprime dans le goût !

 

« Du champ au client » - en passant par nos points de vente

Les fruits et légumes frais ainsi que les produits finis sont accompagnés jusqu’au client avec le même respect avec lequel ils ont été cultivés. Le concept « Du champ au client » comprend des stands de marché, des magasins, une boutique en ligne internationale pour la vente par correspondance, le magasin roulant Spessart-Mobil ainsi qu’un service de livraison à domicile : « La terre saine Nouvelle Jérusalem », qui livre à domicile dans un rayon de 100 km autour de nos lieux de production, près de Marktheidenfeld en Allemagne.

 

Les points de vente travaillent selon la devise « Cultive loyauté et sincérité » qui implique une qualité sincère, des prix justes et une relation loyale avec les clients.

 

Les produits sont traités avec respect et amour non seulement par les agriculteurs, mais aussi durant leur transport et leur transformation - et même lorsqu'ils sont exposés pour la vente. Chacun prend conscience que toute chose est vivante.

 

Ainsi, des milliers de personnes peuvent se réjouir d’aliments d'une qualité unique issus du concept « Du champ au client ». Chaque jour, plusieurs milliers de paquets partent du Spessart vers le reste de l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, la France et au-delà.

 

Toutes les indications de l'Esprit de Dieu données à travers Gabriele portent leurs fruits et sont un véritable gain pour les hommes, la nature et les animaux. Hier, aujourd'hui et demain.

 

Le concept « Du champ au client » signifie que toutes les étapes sont entre les mêmes mains :
semer, cultiver, récolter, transformer et vendre. Ainsi sont élaborés avec transparence des produits sincères et sans scandale, au service de la santé des hommes, de la nature et des animaux. C’est le fondement d'une vie saine pour les générations futures!

 

« Du champ au client » - c'est en cela que repose votre confiance

Contact direct

Votre adresse